• L'art du flux

    La génération automatique est un art du flux. Un générateur de textes peut en effet produire des centaines de milliers de textes. Ces textes, à la vitesse de génération sont proprement illisibles. Ils ne deviennent lisibles que lorsque artificiellement et temporairement figés pour une raison ou une autre. Les texte  du flux sont des textes en mouvement. La lecture du flux est une lecture impossible. C'est ce paradoxe qui fait des textes de flux des interventions artistiques : ils rompent complètement avec toutes les conventions de lecture établies au cours des siècles en fonction de la technologie rendue possible par le livre. Technologie qui avait, elle-même, introduit une rupture forte avec ce qu'était l'appropriation de l'écrit avant le livre. Quand un lecteur est mis en face d'un texte de flux, il ne peut lire ce texte qu'en s'installant lui-même dans le flux car chacun des textes, pris en lui-même, n'est que le moment particulier d'un texte possible infini. Et c'est la raison pour laquelle les œuvres littéraires de flux sont passionnantes, elles mettent le lecteur au défi du mouvement, l'obligent à repenser ses modes d'appréhension des textes. Avec un texte en mouvement perpétuel, il n'y a aucun souvenir d'un texte particulier. Pourtant il y a un texte. Il y a des textes… et le souvenir de leurs mouvements, et le souvenir de fragments de textes qui se reconstruisent pour produire un texte supérieur, le texte des textes, et le texte de la mémoire des textes. Chacun des textes porte un moment du changement qui le produit, chacun signale qu'il se passe toujours quelque chose dans les textes, que leur fixité n'est qu'un épiphénomène dû à un moment particulier de l'Histoire car la langue bouge sans cesse, aucun mot ne veut jamais dire la même chose. A chacune de leurs utilisations, les mots bougent et c'est parce que nous acceptons ce mouvement qu'ils peuvent signifier quelque chose dans chacun de leurs nouveaux contextes. Chaque texte n'est pas totalement facteur d'émotion. Ce qui est facteur d'émotion c'est le fait que ces textes bougent, qu'ils changent, qu'ils dialoguent dans le temps de leur production, se répondent. Les textes de flux parlent à l'esprit humain comme aucuns autres car ils sont une concrétisation de la mobilité de l'esprit humain. Ils sont les textes les plus purs de l'esprit humain.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :